En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo INRAE Région Occitanie

PSDR Occitanie - Pour et Sur le Développement régional

[dicoAE] « Ma vision du terme bioressource a évolué grâce à cet exercice unique en son genre »

Bernard Reilhac, enseignant-chercheur, témoigne de la pédagogie du dictionnaire d'agroécologie

Bernard Reilhac
Depuis 2 ans, Bernard Reilhac, enseignant-chercheur à l'Ecole d'Ingénieurs de Purpan, accompagne des étudiants de Purpan dans le délicat exercice de rédaction de définitions pour le dictionnaire d’agroécologie. Il témoigne sur ce que lui apporte ce travail, et en quoi pour lui cet exercice relève d’une pédagogie unique en son genre et particulièrement efficace auprès des étudiants

Apprendre à aborder des concepts par différents angles et à recentrer le discours

"Le terme « bioressource » est un élément très conceptuel, assez compliqué à traiter pour les étudiants !

La difficulté majeure rencontrée par les étudiants a été de définir le périmètre de la définition de « bioressource », en lien avec les objectifs du dictionnaire d’agroécologie.  En voulant répondre à « la bioressource c’est quoi ? », ils sont partis dans tous les sens, dans des concepts parfois ésotériques, en voulant lister « toutes les ressources utilisables à l’échelle humaine ». Au départ, c’était un inventaire à la Prévert !

Dans mon travail d’accompagnement, j’ai surtout passé du temps à aider les étudiants à se recentrer sur le message qu’ils souhaitaient faire passer, en lien avec le domaine agricole. Je les ai invités à ré-inclure ce terme dans la bioéconomie. Mon rôle n’est pas de leur tenir le stylo, mais de partager avec eux, de nourrir leur réflexion. Ça a été compliqué pour eux au début, mais une fois qu’ils ont compris le lien entre bioéconomie et bioressource, ça a bien roulé !"

Apprendre à vulgariser

"Pour moi, le futur élève ingénieur doit pouvoir être un vulgarisateur scientifique ! Entre apprenants et enseignants, nous sommes dans un jargon technique, avec des concepts absconds pour le grand public.

Pour cet exercice, je leur explique « Vous devez identifier LE message principal que vous voulez transmettre, et le rendre accessible en 300 mots. Et votre définition sera bonne lorsque votre grand-mère comprendra ce que vous avez écrit ».

C’est un des seuls exercices dans lequel nous demandons d’aller à l’essentiel, de vulgariser, de s’extraire du jargon : des compétences qu’ils auront à mobiliser dans leur futur métier. J’ai essayé de leur transmettre que vulgariser : c’est non seulement donner du plaisir aux gens mais aussi d’en trouver soi-même dans l’envie de partager »."

Et pour l’encadrant : un changement d’approche de l’enseignement de l’agroécologie…. et beaucoup de plaisir

  • "Ça nous apporte beaucoup à nous aussi enseignants : avoir une autre vision d’un terme, prendre le concept différemment
    Pour préparer le travail d’accompagnement que j’ai effectué sur ce terme "bioressource", j’ai d’abord été voir tous mes collègues intéressés par ce sujet et j’ai demandé à chacun, en question ouverte, quelle était leur définition. Cela m’a permis de sortir du cadre dans lequel je me trouvais.
  • Et avec les étudiants, la relation est très différente de l’enseignement classique. Il n’y a plus d’ « enseignants » et d’ « apprenants », avec la transmission d’un savoir de l’un à l’autre. Nous ne sommes pas dans le savoir mais dans la co-construction, qui réunit et fait évoluer les deux parties. Ma vision de "bioressource" s’est précisée en même temps que la définition des étudiants a évolué ! L'aboutissement, c’est une définition qui « appartient » autant aux étudiants qu’à l’accompagnant (tous sont co-signataires de la définition) ! Le savoir appartient à tous : une approche très innovante dans l’enseignement.
  •  J’ai pris un vrai plaisir dans l’ensemble de cet exercice. C’est beaucoup de travail mais c’est très enrichissant ! J’avais déjà participé l’an dernier et je compte bien recommencer l’an prochain.
  • L’agroécologie est quelque chose de novateur, qui nous amène à explorer de nouveaux champs de savoirs. Pour nous, qui sommes dans le domaine agricole, c’est notre rôle d’ouvrir ces domaines à la société. Actuellement l’agribashing est fort : c’est à nous d’expliquer tout ce qui est fait et qui va dans le sens de l’agroécologie, dans ses dimensions technique, sociale, environnementale et sociétale. Le dicoAE a pour cela une importance capitale !

 Je suis persuadé de l’intérêt de cette pédagogie pour transmettre la complexité des concepts de l’agroécologie : si j’avais été en cours, j’aurai donné ma vision à moi… et elle aurait été moins partagée, alors que là, les étudiants ont construit leur propre définition."

 

Bernard Reilhac, enseignant-chercheur à l’École d'Ingénieurs de Purpan, a accompagné trois étudiants du parcours « Agriculture et Développement Durable (ADD) » de Purpan dans la rédaction de la définition de " Bioressource " (1er trimestre 2020).

Voir aussi

Pour en savoir plus sur cet exercice et le partenariat entre Purpan et le dictionnaire d'agroécologie, retrouvez les informations de la restitution de la promo 2019-2020 en cliquant ici.